Le chausson Gaillard

Rue du moulin à Tan à Fère-en-Tardenois

Source photo: Pierre Cappronnier, Dépôt Sylvie Mautalent 2019


L'histoire industrielle des usines GAILLARD et COLLING

Ci-dessous document réalisé par Madame Marie-Josée Ulmet Présidente du Cercle Généalogique de l'Aisne

Dépôt pour Rétro Vision du 8 septembre 2020. Un grand merci pour ce travail.

 


Le Personnel de la société CHARBONNIEZ GAILLARD ET COMPAGNIE

Vers 1900

Source photos: Pierre Cappronnier, Dépôt Sylvie Mautalent 2019

Les ateliers de fabrication

Vers 1900

Source photos: Pierre Cappronnier, Dépôt Sylvie Mautalent 2019

et collection Jean Jacques Hoquet

Divers endroits extérieurs de la manufacture rue du Moulin à Tan

Vers 1900

Source: collection Jean Jacques Hoquet

La rentrée des Ouvriers et le jardin

Source: collection Jean Jacques Hoquet

Les dégâts occasionnés par la Grande Guerre

après la 2ème invasion du 28 Mai 1918

Source: collection Jean Jacques Hoquet


L'action Le Chausson Gaillard

Du 31 mars 1927, pour la relance des activités suite aux dégâts

occasionnés par la Grande Guerre, voir ci-dessus.

Source: collection Jean Jacques Hoquet


La Manufacture de Chaussures Feutrées COLLING

Rue Jules Lefebvre ( ancienne rue du Pont)


Vues sur la Fabrique

Source: collection Jean Jacques Hoquet


Les dégâts occasionnés par la Grande Guerre

après la 2ème invasion du 28 Mai 1918

Source: collection Jean Jacques Hoquet


Différents documents

Source: Dépôt Rétro Vision en Tardenois


Les Feutres Gaillard repris par la famille Dumont

Après 1920 suite à sa destruction, l'usine Gaillard du "Moulin Tan" repart, gérée par la nièce de Jules Henri Charbonnier

qui fit appel à Paul Amos  de la concurrence, responsable d'une importante entreprise de chaussons à Raon-l'Etape et qui fabriquait aussi des vêtements militaires.

Quant à eux les bâtiments Colling seront achetés par la famille Deneuville, déjà implantée tout près rue du Chemin de Ronde.

La fabrique de chaussons sous le nom de Gaillard  continuera jusqu'en 1944, suite à un bombardement Paul Amos décide de la fermer. La liquidation durera environ 5 ans.

En 1947, Lucien Dumont un ancien devenu contremaitre, avait commencé à l'age de 14 ans comme apprenti mécanicien d'entretien, gravi tous les échelons avec ses frères André et George reprennent la fabrication dans leurs locaux au 5 place  Aristide Briand à Fère. Avec environ 30 personnes, le mode de fabrication change, la semelle de feutre est remplacée par une semelle rigide  jusqu'en 1956.

 Source: René Dumont (fils de Lucien) et Serge Bruneteaux.

Source: collection Jean Jacques Hoquet